Quel prix un tee-shirt ? Fashion Revolution

Classé dans : Marketing | Commentaires: [ 4 ]

Bon je suis colère un peu car on a pas ou très peu parlé en France de la Fashion Revolution. Car je sais pas. On s’en fiche. On a d’autres projets. On a d’autres combats que de savoir qui fabrique et comment est fabriqué ce que nous portons.

Bref. Tout cela pour dire que aucun média n’en a parlé. Mais à l’inverse beaucoup ont diffusé le joli coup médiatique de la Fashion Revolution pour sensibiliser le public.

En effet on a beau le répéter acheter un tee-shirt 2€ c’est quand même pas normal. Je veux dire il ne faut pas non plus avoir fait saint-cyr ou s’intéresser à la mode éthique (ou comme c’est mon cas à la lingerie bio). Mais bon non. On s’en fiche ce qui compte c’est de faire des bonnes affaires. Le Prix. Toujours LE PRIX. Et ça m’agace. Beaucoup.

Fashion Revolution
Sweatshop india

Aujourd’hui on le sait. Il y a de plus en plus de reportages. On sait les conditions. Il y a eu le Rana Plazza. Mais bon on continue à acheter à 2€ des vêtements jetables en quantité plutôt que privilégier qualité et éthique. Parfois je me sens si fatiguée.

Alors clairement c’est très bien fait cette manière d’interpeller le consommateur en lui disant « Hé mec regarde qui fabrique ton tee-shirt à 2€, tu es sûr que tu veux l’acheter ? » Evidemment on dira non. Mais quand on est dans ces chaînes de fast-fashion, on a tendance à oublier… Bien trop vite …

4 Responses

  1. Pauline

    Bonjour,

    Je suis d’accord globalement avec les propos de ce billet. Mais j’aimerais apporter une nuance. En effet, j’achète de la mode éthique mais pas que et loin de là. Mais… pourquoi? Question budget, déjà. Alors là, ça va sûrement te faire bondir comme argument mais voilà, c’est la triste vérité. Je suis dans un secteur où les payes font généralement pleurer les gens quand ils savent la pénibilité du boulot que j’exerce. Ok, on est beaucoup dans le même cas, je suis d’accord. J’ajouterais en plus que dans mon métier,, les habits sont mis à mal, mais vraiment quoi (j’en ai foutu en l’air plusieurs et si je m’écoutais, je devrais en balancer encore quelques uns mais que je devrais remplacer du coup). Non, il n’y a pas de budget vêtements offert par l’employeur et c’est pas prêt d’arriver. Il faut choisir des vêtements du genre très cool, confortables et qui ne craignent pas. Genre mon vieux jean de plus cinq ans, qui commence à se déchirer au genou : c’est parfait. De longs débardeurs, tuniques, pulls, des sarouels, pantalons amples, ce sont mes combos gagnants. En gros, il ne faut pas venir habillée avec des vêtements auxquels on tient, c’est l’évidence. Si t’as mis 80 boules dans ce joli pantalon ou tunique éthique, que ça se déchire sur ton lieu de travail, c’est pour ta pomme hein… et faut pas venir pleurer chez le directeur (jamais essayé cela dit, faudrait que je conserve le ticket de caisse de toutes mes fringues du coup). Donc tu comprendras vers quel type de friperie je me tourne.

    Bref! Quand je vois la mode éthique, comme Ekyog ou People Tree, c’est très joli et mignon mais c’est réservé à mes jours de congé. Enfin, je trouve qu’il y a un manque de variété criant dans la mode éthique, c’est très orienté robe et jupette. J’adore en porter mais il manque de la variété dans ces collections! Tout le monde ne s’habille pas quotidiennement tiré à 4 épingles mais on dirait que si à regarder les vêtements proposés! Enfin, l’accessibilité. Acheter éthique, c’est pas simple. Y’a pas moulte de magasins non plus, je citerais encore Ekyog parce que je vois pas sinon (et la boutique la plus proche de chez moi est à 30 km). Sinon, le reste, c’est tout sur internet. Pas toujours simple, et tu dois le savoir, acheter ses vêtements via internet, c’est quitte ou double.

    Voilà… je ne sais pas si tu comprends où je veux en venir par là… moi non plus en fait! Je voulais juste mettre en lumière que ce n’est pas toujours si simple que ça d’acheter éthique. Même quand on en a envie.

    • Ludivine

      Salut Pauline,
      Désolée je ne vois ton commentaire que maintenant (pas que je ne voulais pas le publier !!)
      Je comprends parfaitement. La mode éthique j’ai envie de te dire spa facile. D’un côté tu as encore (et je sais de quoi je parle) ces vêtements sortis de nulle part que perso je porterai JAMAIS et de l’autre tu as ces robes à 150€ donc o_O en gros.
      Mais je veux dire dans le sens de mon article que il ne faut pas se leurrer quand on achète un Tee-shirt à 2€. Les gens qui le fabriquent sont souvent démunis et participer à ça voila aujourd’hui je peux plus. Mais c’est moi. J’essaie d’être moins moralisatrice et ça aussi c’est crois moi pas facile. J’ai 2 jeans perso que j’use à mort. Donc oui je comprends.
      Après voilà l’article était vraiment ne nous leurrons pas !

  2. Hélène

    Bonjour,
    Je lis votre point de vue à chacune, je comprend celui de Pauline et pourtant j’adhère à celui de Ludivine. Je voudrais juste vous faire part de ma façon de faire, encore différente des votres!
    Moi aussi je dois porter au travail des vêtements qui ne craignent pas trop. Je ne pense pas que ce soit au point de Pauline, mais je risque souvent de me salir.
    J’ai pris le parti, afin de réguler mes dépenses, d’acheter mes vêtements de tous les jours d’occasion. Je vais à Emmaüs ou dans une ressourcerie, ou encore dans les friperies. On trouve aussi des lots à sa taille en passant par les sites de petites annonces entre particuliers. Le prix de ces vêtements étant considérablement réduit (de l’ordre de 5€ en moyenne la pièce), cela me permet de réduire mon budget afin de pouvoir acheter à prix fort la lingerie et les chassures ethiques. De plus, si je me suis trompée dans le choix d’un vêtement, je n’ai aucun scrupule à le redonner à une association de tri même peu de temps après… Et maintenant que mes amies connaissent ma démarche, elles me font profiter de leurs fripes en avant-première! Bref je considère que je divise par deux mon bilan carbone, je ne cautionne pas la confection conventionnelle, et pourtant mon budget fringues ne crève pas le plafond. Pour les chaussure, je prend uniquement des modèles en cuir qu’on peut graisser ou cirer, je les apporte directement au cordonnier afin de les consolider (5 à 10 € en moyenne), et ainsi je les garde plusieurs années, parfois une dizaine!
    Je sais que tout le monde n’aime pas l’idée de porter des affaires deja portées, chacun fait ses choix en son âme et conscience, et moi cette façon de faire me convient. N’oubliez pas les filles, l’essenteil c’est deja d’être un consommateur conscient, la transition c’est une démarche, on ne peut pas être parfait du jour au lendemain, alors changeons petit à petit!

    • Ludivine

      Je ne pense jamais aux friperies, à tord sans doute, la seule chose que j’ai acheté de seconde main est une robe et c’était à Amsterdam (oui je raconte ma vie ^^) mais je n’y pense pas :/ C’est une très bonne idée merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.