Quand nos tee-shirts filent un mauvais un coton

Classé dans : Marketing | Commentaires: [ 0 ]

(Attention titre complètement emprunté au doc passé sur France 5 le 16 Octobre 2016 car je n’ai pas de personnalité).

Donc on va faire un grand récap qui va essayer d’être assez pédagogique (et surtout dans le non jugement)(enfin je vais essayer) sur la filière tee-shirt coton (marche pour les chaussettes aussi)(paf le lien t’as rien vu).

Bon, alors par où commencer ? (je pense que l’article va être assez long et va repointer vers des articles déjà traités mais c’est bien les rappels !)

et-cest-parti

Alors déjà la provenance du coton, j’ai envie de te dire cela dépend !! Pour nous c’est la Turquie, car niveau proximité c’est plus simple (émission CO2), mais surtout car on fait du bio. Mais si on achète un produit peu coûteux donc avec une matière qui sera de base moins chère on veut toujours une main d’oeuvre pas excessive. Tu vois ce qui arrives gros comme une maison, oui, le travail des enfants. (On en a parlé déjà). Quand tu « emploies » des enfants que tu ne paies pas bon la matière ne coûte pas non plus des millions, est-ce que c’est de l’esclavagisme moderne ? Question purement rhétorique.

Sinon le coton peut aussi provenir d’Inde, oui car comme vous le savez, l’Inde est l’un des gros consommateurs d’OGM (article ), et évidemment quand tu achètes un tee-shirt en coton tu ne sais pas du tout d’où vient la matière première, car imagine ce gros séisme !

Après c’est vraiment le serpent qui se mord la queue tout le monde porte des tee-shirts en coton, donc il faut produire plus de coton et vu que le coton est une matière ultra gourmande en eau…

Soit, une fois qu’on a parlé matière parlons fabrication.

Bon. Vous êtes rodé.e.s je pense en terme de Fast Fashion, si tu arrives sur ce blog pour la première fois et que tu n’en as jamais entendu parler pas de panique c’est en gros de grosses enseignes de mode types suédoise ou espagnoles (car on est européens) qui fabriquent en Asie à prix dérisoires dans des conditions où l’humain n’est pas respecté et qui revendent ici avec une marge colossale. D’ailleurs si tu as le temps je te conseille de revoir cette série de vidéos où des blogueuses mode étaient allées dans des sweatshops (sweatshop = atelier de la sueur).

Bref donc on est une marque on veut produire vraiment pas cher (car on veut faire beaucoup de marge) on va au Bangladesh, mais on oublie tous le drame du Rana Plazza (d’ailleurs Rana quoi ???). Enfin j’ai vu que y a des projets équitables qui se montent au Bangladesh (je vais creuser dessus).

Ce qui est drôle quand tu dit que tu achètes devant la télé un tee-shirt 2.50€ (c’est faux c’est évidemment mais bien bien moins) quel est le prix juste ? on s’était déjà interrogé là-dessus ici (le prix juste est vraiment pour moi une vraie démarche).

J’en suis où moi ? Matière Première, Fabrication. Place à la teinture.

Alors la teinture, c’est un vrai problème je trouve. Car bon de base malgré tout ce qu’on a dit au départ si on achète pas du coton OGM le coton est une fibre plutôt naturelle, donc qui n’est pas transformée, donc saine et paf on te colle des perturbateurs endocriniens, du formaldhéhyde (on en a également parlé si tu veux creuser un peu) et tout le reste.

C’est pas joyeux tout cela en vrai, c’est pas mal culpabilisant même. C’est quoi les solutions ? (LE BIO)(Mais on est pas tous riches Ludivine)(Oh ça va)(J’ai fait les dialogues me remerciez pas). Non c’est vrai c’est quoi les solutions, car on porte tous du coton et tous des tee-shirts en coton. Quand tu sais que y’a toujours 22.000 personnes qui meurent intoxiquées par la culture du coton tu te dis que faut commencer à changer petit à petit et que comme dirait Gandhi « sois le changement que tu veux voir dans le monde ».

sourire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.