Pourquoi les prix vont augmenter

Classé dans : Vie quotidienne | Commentaires: [ 3 ]

On aurait pu faire notre augmentation de prix sans vous en informer. Beaucoup de marques le font, être transparentes ce n’est pas forcément simple. Surtout en France où l’argent est je crois le tabou numéro un.

augmentation prix

Alors pourquoi les prix augmentent ?

Car la matière première a flambé. Flambé est un euphémisme. Et pour plusieurs raisons. Comme on vous l’a expliqué précédemment GOTS qui certifie le coton bio (coton bio que nous achetons) a subi une fraude. Donc l’organisme a été contraint de faire le ménage et il y a maintenant plus autant d’offres que de demandes. Car (et c’est tant mieux) maintenant le coton biologique devient de plus en plus une norme. Beaucoup de grandes marques en utilisent.

Et puis le réchauffement climatique aussi. La sécheresse augmente les prix. Et sauf si vous vivez dans une grotte on sait que depuis des années la température augmente et que l’on va devoir faire face à un réchauffement (voir rapport GIEC)

Que peut-on faire ?

On le répète mais on existe depuis 2004. Et ce n’est pas la première crise que l’on rencontre. L’inflation dûe au départ à la crise du covid, maintenant avec la guerre en Ukraine touche vraiment toutes les matières premières.

Donc on fait quoi ? On pourrait ne pas augmenter les prix, et réduire nos marges. Sauf que nos marges sont justes. Calculées au plus juste autant pour nous, que pour vous.

Ou on pourrait choisir de produire à vraiment bas coût. Mais quand on veut vous proposer des produits qui durent dans le temps c’est compliqué !

Et on aurait pu rien dire. On augmentait et fin de l’histoire. Sauf que ce n’est pas dans l’ADN de notre marque. Nous avons toujours été transparentes.

Nos réflexions :

A ce jour nous réfléchissons aussi à comment aborder cette inflation, quelles pistes peuvent s’ouvrir à nous. Est-ce que si le coton bio augmente il ne serait pas temps de se diversifier dans les matières premières ? Attention elles ont aussi augmenté mais ne serait-ce pas le moment de profiter de cette « crise » pour revoir le modèle ? On s’est toujours positionnées en pionnières de la lingerie en coton bio, mais aux vues aussi de l’urgence climatique est-ce que continuer à produire du coton est une bonne idée ?

Vraiment parfois j’aimerai ne pas avoir d’éthique professionnelle et me dire « business is business ». Déjà augmenter les prix me rend malade. Car j’arrête pas de me dire tout augmente. Absolument tout. Sauf les salaires (sans faire de politique ou autre). Donc nos produits ne vont plus être une priorité et la fast fashion va augmenter car bas prix. Mais la fast fashion pollue encore plus que notre petite marque.

Je pense aussi que nous allons mettre en place des pré ventes. On l’avait fait sur la culotte menstruelle et le pyjama femme, on va le faire avec notre nouveau produit.

 

3 Responses

  1. Patrick F

    Vous exposez les raisons qui expliquent la hausse des prix du coton et l’inflation. Je pense en effet que comprendre ce qui se passe permet d’anticiper.
    Je suis écolo depuis 1979 et le « réchauffement climatique » me laisse dubitatif ; ce blog n’est pas le lieu d’en débattre mais je réagis à votre assertion. A mon avis, la guerre en Ukraine cache la fin de la mondialisation et les débuts de la partition du monde (ce que vous n’avez pas connu depuis votre création en 2004) : les alliés des Etats-Unis d’un côté, ceux de la Chine de l’autre. Et des droits de douane, etc dissuasifs entre les deux blocs. Votre coton vient d’où aujourd’hui et surtout demain ?
    Depuis des années, j’ai anticipé l’inflation actuelle : il n’y a pas assez de ressources planétaires (offre) pour toute l’humanité (demande), donc il y aura progressivement augmentation des prix (inflation) et pénuries. Donc il faut acheter maintenant parce que c’est moins cher. Donc par exemple j’ai d’avance 12 slips (pas de chez vous désolé mais je reconnais que j’ai jamais testé les vôtres) et je viens d’acheter 4 paires de vos socquettes superconfortables alors que j’en ai déjà assez. Je reconnais que pour les slips, si je prends 20 kgs dans les années à venir ces slips ne me serviront à rien mais je sais qu’avec les pénuries à venir je pourrai toujours les revendre. Pour vos superhypersocquettes, je crois que les pieds ne changent pas avec l’âge en terme de pointure. Voilà.
    Maintenant une critique : les vêtements près du corps s’usent plus vite (je me trompe?) que les vêtements amples à cause des frottements (surtout le coton, et moins les synthétiques, je me trompe ?) : vous vendez apparemment des vêtements à la coupe près du corps, c’est pas très écolo mais je reconnais que vous devez sacrifier à la mode actuelle très slim…
    C’était ma modeste et rapide contribution à vos réflexions.

    • Ludivine

      Bonjour Patrick,
      Mais les sous-vêtements (enfin pour les femmes) doivent être près du corps ! Dommage d’avoir acheter 12 slips d’une autre marque.
      Sens inverse de votre raisonnement du coup, pourquoi sur consommer si nous n’en avons pas besoin ? Est-ce que au contraire on ne crée pas du coup une pénurie de ressource à l’instant T. Juste une interrogation, bien-sûr. Mais cela ne fait-il pas du coup le jeu du « capitalisme » ?
      Pour le reste, c’est sûr qu’on rentre dans une autre « ambiance » et que nos comportements vont changer.

  2. Patrick F

    Bonjour Ludivine,
    Merci pour votre réaction. Vu mon espérance de vie, je pense que j’userai 12 slips avant de décéder. Idem pour vos socquettes superconfortables. Et résistantes, deux arrivent en fin de vie et ont tenu longtemps. Bref je n’ai pas l’impression de surconsommer. Mais vous avez raison pour la pénurie de ressource à l’instant T.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.