Peau-Ethique et le commerce équitable.

Classé dans : Commerce Equitable | Commentaires: [ 0 ]
Peau-Ethique et le commerce équitable

Comme vous le savez, Peau-Ethique existe depuis 2004 et le commerce équitable s’est imposé de lui même.

On ne va pas re expliquer le commerce équitable on a déjà fait un billet ici.

Par contre on va vous donner un point de vue sur notre pratique du commerce équitable.

A ce jour nous avons deux collaborations avec des ateliers certifiés : au Pérou et en Inde (les collections bébé),

Au départ le commerce équitable était vraiment une sorte de norme. Lancer une marque sans qu’elle soit équitable ce n’était pas envisageable. Ainsi de nombreuses marques se sont lancées dans ce créneau peu ont survécues. Nous n’avons pas la science infuse pour expliquer pourquoi mais sans doute car on s’est désintéressé de ce mode de consommation pour une plus locale.

On ne peut pas porter toute la misère du monde sur nos épaules (le consommateur), mais on peut agir pour y remédier un peu (les marques).

Peau-Ethique et le commerce équitable
Peau-Ethique et le commerce équitable

Aujourd’hui plus personne ne communique sur le côté équitable de son produit. Car il a une conotation assez négative. On s’imagine tout de suite un poncho, des roots. Loin de l’image de la mode actuelle. Pas faux, on fait d’abord de la mode, le reste est en plus.

Lors d’un voyage au Pérou Cathy (la fondatrice de la marque) a rencontré deux associations et ça a matché de suite.

Pour situer c’était en 2009. Grosse tendance du commerce équitable dans nos manières de consommer, on chercher à consommer de manière plus juste et mieux.

Alors, on ne voulait pas faire comme tout le monde (aka des tee-shirts) on a eu une collaboration assez inédite !

On a décidé donc de faire des doudous tricotés à la main en coton biologique et de couleur naturelle.

Succès de suite. Si bien qu’on est référencé dans une chaine de magasin bio.

L’association avec laquelle nous travaillons est basée à Lima. Elle emploie des femmes qui peuvent travailler à domicile. Souvent des familles monoparentales, cette association leur permet de pouvoir vivre dignement. Car c’est le but du commerce équitable, ne pas être exploité.e

En 2021 je ne vois quasi plus de marque parler du commerce équitable dans sa communication alors que cela fait partie du cœur de notre fonctionnement. Pas vraiment la réponse à ce changement de ligne édito chez mes confrères/consoeurs, peut-être que c’est un fait qu’on produit de manière propre. Qu’on ne peut pas dissocier bio de production juste ? A vrai dire, même nous on ne communique plus dessus. C’est sans doute dommage car il y a faire, de nouvelles filières à monter… Ou peut-être que pour le consommateur l’équitable ne rime qu’avec alimentaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.