J’ai de l’endrométriose

Classé dans : Vie quotidienne | Commentaires: [ 2 ]

A 32 ans on m’a dit Ludivine (car c’est mon prénom) vous avez de l’endrométriose. Je venais de me faire opérer je savais pas que j’avais en plus un autre problème, j’ai donc répondu « ah ok c’est grave ? », on m’a juste dit « non mais vous aviez un peu de partout des têtes d’épingles que j’ai cotérisé », j’ai rien compris et le professeur qui m’a opéré est parti et fin de l’histoire. Merci. Bye. Arrivederci.

Donc  là sans rentrer dans le 3615mavie je dis à ma mère « j’ai en plus de l’endrométriose ». Tu sais on est pas médecins nous mais on a internet donc on cherche ce que ça veut dire et je commence à rire doucement en me disant que j’aurai être pu être prise en charge des années auparavant (mais ça c’est un peu l’histoire de beaucoup de femmes).

Je me suis toujours plainte de règles douloureuses. Toujours. On m’a dit « c’est comme ça, on ne peut rien y faire toutes les femmes souffrent », bon je me suis dit que si toutes les femmes souffraient je devais aussi souffrir et en silence (c’est presque biblique sans l’être enfin vous avez l’image). On m’a dit une fois ce sont des « minis contractions », je crois j’avais 20/22 ans ça m’avait bien calmé sur mon désir de procréation.

Bref, j’ai toujours des règles douloureuses et toujours zéro solutions (règles et ovulation hein car quand on aime on ne compte pas), je me suis dit même si Antadys est ton âme soeur (les vraies sauront) essaie le naturel, peut être que. Vois tu pas que je me fais une mixture à base d’huile essentielle de basilic (sensé soulager les douleurs pelviennes), bah tu te doutes rien.

Là où je suis en colère (une colère saine) c’est que je ne suis pas un cas rare, je veux dire, je suis suivie, je me plains c’est que j’ai mal, c’est pas juste car j’ai envie de prendre un anti douleur, perso j’aimerai juste avoir une alerte qui me dit « ah oui je vais avoir mes règles », mais c’est pas le cas. Parfois j’ai tellement mal que j’aimerai arracher à main nue mon utérus, en plus il est fourbe je le sens lourd j’ai cette sensation de faire une descente d’organes mais lol c’est normal c’est ça être femme, bah j’avais pas signé pour ça moi.

endrometriose

Alors j’ai de la chance, car aujourd’hui je sais que j’ai donc de l’endrométriose, mais je sais que j’ai beaucoup plus de chance qu’une « femme normale » d’être infertile, c’est drôle parfois la vie (non). Evidemment que tout cela me surgave un peu, de me dire qu’on me l’a dit car on m’opérait sinon jamais de la vie on aurait pris en compte ma parole, ma douleur, douleur que j’ai appris à taire croyant que c’était la norme.

Certes ce billet n’a rien avoir avec les culottes bio mais je me dis que si une femme sur dix en souffre je ne dois pas être seule, alors courage 🙂

2 Responses

  1. Claire

    Ludivine votre petit article me touche et je vous remercie d’en parler. Je vous comprends tout à fait, je souffre de cette fichu maladie depuis presque 9 ans maintenant et ce n’est que l’année dernière qu’enfin un spécialiste de l’endométriose a su décrire cette souffrance par le mot maladie en partageant sa colère vis à vis du monde médical qui n’y consacre pas assez d’importance ou de fonds pour trouver une solution, allant même jusqu’à me confier que ce n’est qu’un petit chapitre étudié aux écoles de médecine!

    Les femmes, on leur dit vous souffrez c’est normal ce sont vos règles certaines femmes souffrent plus que d’autres. Sauf que de ne pas pouvoir quitter sa maison, sortir du lit, se détortiller de la position fétale, davoir à se gaver d’anti douleur à peine efficace pendant des jours et avoir des pensées que toutes personnes saines d’esprit ne devrait pas avoir est bien en fait un signe que quelque chose de très très grave est subit par de très nombreuses femmes. Ce n’est pas normal. Et même si une endométriose est diagnostiqué ou suspecté, souvent les opérations ne servent à rien car la bête revient toujours à moins de se faire enlever l’utérus … et encore cela ne garanti pas d’autres risques.

    Je ne peux avoir d’enfant à cause de cette maladie, 8 ans de FIV et d’insémination et la perte d’un bébé à 16 semaines c’est tout ce que j’en est tiré. J’ai tourné la page sur ces années de souffrance physique et mentale et fait mon deuil mais l’endométriose est toujours avec moi, et on me dit jusqu’à la ménopause! Super encore 10 ans de souffrance devant moi! Pour le moment les médecins ne trouvent pas de solutions dans mon cas et ma vie continue avec tous ces effets secondaires comme une vie sociale réduite, déprime, manque d’énergie, etc.

    Ceci dis et la raison pour laquelle je me suis dis allez je laisse un commentaire, c’est pour vous offrir une solution pour peut-être réduire vos souffrances durant vos règles. Cela fait un an que je le fais et je dois avouer que mes souffrances ont été réduite même si j’ai l’impression que dernièrement cela revient un peu à la hausse car l’endométriose attaque ma vessie et mes intestins aussi. Je fais des pack d’huile de ricin. Nul doute sur google vous trouverez toutes les infos sur ce dont je parle. Achetez de la bonne huile de ricin (marque Heritage), un flanel, une bouilloire et suivez les instructions. Vous faites chauffez le flanel imbibé d’huile, puis apposer le flanel sur votre abdomen, mettez une protection dessus puis une bouillotte chaude par dessus et restez allongé pendant 1h. Vous le faites trois jours de suite puis arrêtez trois jours puis à nouveau trois jours et ce tout le temps SAUF durant vos règles. Le but est de vous nettoyer le système lymphatique. Peut-être que cela ne vous aidera pas mais il me faut au moins vous le proposer et le partager au cas où … j’en profite pour être au calme et méditer pendant ce temps, c’est assez agréable.

    Bon courage et merci pour votre partage.

    Claire

    • Ludivine

      Bonsoir Claire,
      Tous les tips sont bons à prendre,
      Je vous souhaite bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.