Into the Wild de Jon Krakauer

Classé dans : Livres | Commentaires: [ 9 ]

Ou critique de livre #6

 

Alors je reparle écologie !! c’est un livre ultra connu qui fût également un film réalisé avec succès ou non par l’engagé Sean Penn. Chose réellement surprenante, le livre commence on sait déjà que le héros (Chris Mc Candless) est mort, et pourtant j’ai pleuré comme une madeleine.

intRésumé du livre : Il avait renoncé au rêve américain. Pour vivre une aventure extrême. En 1992, le cadavre d’un jeune homme est découvert dans un bus abandonné en Alaska, au pied du mont Mckinley, loin de tout lieu habité. Fils de bonne famille, Chris McCandless aurait dû en toute logique devenir un américain bien tranquille à l’avenir sans surprise. Mais, dès l’obtention de son diplôme universitaire, il décide de partir à l’aventure. Après avoir fait don de ses économies à une œuvre humanitaire, il entame son périple sous un nom d’emprunt avec sa vieille voiture, qu’il abandonnera un peu plus tard. Il sillonne le sud des Etats-Unis, subsistant grâce à de menus travaux, avant de réaliser son grand projet: s’installer au cœur de l’Alaska, seul, en communion avec la nature. Mais on ne s’improvise pas trappeur, ni homme des bois… Ce parcours dramatique d’un jeune homme qui a voulu vivre jusqu’au bout son impossible idéal est retracé par Jon Krakauer, l’auteur du best-seller tragédie à l’Everest

Mon Avis : Oui je sais c’est encore du vieux niveau lecture, mais ce livre je l’ai lu en première année de fac et il m’a énormément perturbé. Pour te dire, j’étais jeune et rebelle… et oui remplie d’utopies je croyais qu’on pouvait changer le monde et moi avec mes petits bras je voulais faire partie de ce monde là … Ouai ben cette lecture m’a vite calmé (au grand soulagement de mes parents) et je me suis dit qu’au fond je n’étais qu’une petite bourgeoise (façon de parler) et que rien ne pourrait le changer … Fini les utopies, place à la réalité ma fille …

J’avais 19 ans et à la fin de la lecture, j’étais pleine d’ambivalence pour Chris, je le détestais pour son comportement envers ces parents (oui je sais la famille …), d’être parti comme ça sans rien dire, son imprudence et en même temps j’enviais sa folie, son courage de tout laisser tomber, de donner tout son argent à Oxfam, sa générosité et son envie d’aimer …

Aujourd’hui à 27 ans (presque et demi) je l’ai relu et ce livre me bouleverse toujours autant. Car au fond, c’est pas un simple retour à la nature, c’est bien plus. Une quête ? mais vers quoi ?

Au final, c’est vraiment un livre que je conseille (sauf la partie où l’auteur raconte un peu sa vie) à tout le monde mais en particulier aux jeunes …car Chris est jeune et il ose, il connaît une fin tragique…  Et même si tu as vu le film, le livre est bien mieux. Mais on ne peut en ressortir indemne …

Note : 4/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 Responses

  1. Malicia

    J’ai d’abord vu le film… qui m’a émue… j’ai voulu lire le livre pour vraiment comprendre Chris… car à mes yeux, on ne peut vraiment appréhender cette personne qu’en ayant aussi lu le livre.
    Dans le film, on voit le Chris voyageur, celui en quête de soi-même, qui apporte un rayon de lumière dans toute personne qu’il croise, par la passion qu’on peut lire dans ses yeux.
    Dans le livre, on fait connaissance avec le chris « d’avant », celui qui est entêté, buté, parfois désagrèable, celui qui est humain…
    Au final, en ayant vu et lu, on comprend que Chris était juste humain… il a osé vivre son rêve et je pense qu’il s’est accompli à travers lui… mais son caractère l’a mené à sa perte, car s’il n’avait pas été aussi buté et borné, il aurait mieux anticipé son voyage, il n’aurait pas fait ça sur un coup de tête… mais cela aurait sûrement eu moins de saveur à ses yeux.

  2. Ludivine

    @malicia

    Ouai moi, j’ai beaucoup débattu sur la notion de butté et de préparation de ce voyage … je pense qu’il a vraiment préparé à sa manière … certes aller en Alaska sans bottes, sans carte c’est stupide pour nous, mais pour lui je pense que ça fait parti d’un tout. Je pense que pour nous il est butté, je dirai même qu’il avait son opinion et c’est tout !! Pas de dialogues possible, au fond tu es avec ou contre lui …

    Très contente que tu ais aimé ce livre !

  3. Mickaël éco-blog

    La peur de la nature

    Je suis très content que tu nous parles de tes lectures Ludivine, j’ai d’ailleurs lu Into The Wild et j’y ai trouvé des pistes de réflexion sur mon rapport à la nature.

    Pour ta question (Une quête ? mais vers quoi ?), j’ai le sentiment qu’il cherchait des réponses sur sa nature, et plus largement sur la nature humaine…

    Nous aussi nous menons cette quête, avec des degrés d’intensité plus ou moins élevé, que ce soit dans le grand Nord ou dans le parc de notre quartier !

    Dans la foulée, je ne saurais que te conseiller la lecture du livre La Peur de La Nature : http://blog.imprimerie-villiere.com/2010/01/la-peur-de-la-nature

  4. Ludivine

    @Mickaël

    Je prends note du conseil

    et j’ai lu que ce livre n’a marché réellement en France qu’après la sortie du film …

  5. grenouille

    Tiens ? Ben j’essairai peut-être le livre, alors, parce que j’ai tellement détesté le film ! Je trouvais les caractères mal dessiné, la problématique molle… Il arrive que le livre soit bien plus entier que son adaptation…
    Rien à voir avec un film d’Agnès Varda sorti des années plus tôt « Sans toit ni loi » : problématique similaire (une jeune femme qui veut être totalement libre et sans attaches, et ça finit à peu près pareil) mais tellement plus abouti, nuancé, intelligent !

  6. Ludivine

    @Grenouille

    Bienvenue
    Oui toute façon les adaptations sont toujours un peu décevantes … ce qui moi m’a gênée dans ce film c’est peut être qu’il a voulu expliquer, chercher des raisons là où on on ne comprend pas pourquoi !
    Sinon pour Sans toi ni loi je ne connais pas !!

  7. Phil57

    Ce jeune homme a essayé de transcender son humanité (le surhomme cher à Nietzsche) en rejetant ce qui le liait à la société.
    Ce fut tout simplement au départ une quête initiatique, mais dont l’aboutissement ne pouvait être autre (pour une telle personnalité bien trop intransigeante) que… la mort.
    Quant à la « nature » (chère aux écolos citadins) il faut la connaitre pour éviter de tomber dans les poncifs mollassons ! Lire « Le principe de Lucifer » par exemple.
    L’écosystème n’est rien d’autre qu’une abominable arène ensanglantée ou les petits se font dévorer (souvent dans d’atroces souffrances !) par les plus gros.
    Un poème japonais dit : « on vient au monde en pleurant et on meurt après avoir bien pleuré »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.